Les bluettes de NatpointG

Toi qui entres chez moi par inadvertance, je dois te prévenir que ce blog n’est pas mon journal intime (quoi ça y ressemble ?!), qu’il n’a aucune prétention littéraire, si ce n’est celle te faire sourire. Je sais, c'est pas gagné...

06 novembre 2008

COMME DANS UN REVE...

On a marché dans la nuit, épaule contre épaule, sans but. Je ne sais plus s’il faisait froid, s’il y avait du vent, je ne sais plus si les rues étaient désertes et sombres, tout m’était égal puisque tu étais à mes côtés. Sur les hauteurs de la ville, tu m’as prise dans tes bras, sans un mot. C’était comme dans un rêve, j’aurais aimé que le temps s’arrête là, j’aurais aimé ne jamais rouvrir les yeux. Je me sentais si légère, délivrée de ce costume d’adulte dans lequel je me perds depuis des années. ... [Lire la suite]

26 octobre 2008

DIS-MOI QUELQUE CHOSE DE TENDRE

Je n’ai pas su quoi te répondre... Si tu savais comme je me sens dépouillée de tout dans ces moments-là, les mots se mélangent, se bousculent, mais rien ne sort... Je t’ai bredouillé quelques mots ridicules et puis je suis partie bosser... Dans la voiture, j'ai mis un cd, je me suis laissé bercer par cette musique au son épuré et j'ai enfin trouvé les mots... J’aurais voulu faire marche arrière sur la route pour te retrouver, j'aurais voulu courir jusqu’à toi, me jeter dans tes bras et t’offrir ces... [Lire la suite]
19 octobre 2008

ELLE N'A PAS EU LE TEMPS...

Elle n’a rien vu venir... C’était si doux, comme un souffle chaud qui vous enveloppe un soir d’été. Elle s’est attachée à ton regard croisé par hasard dans les escaliers il y a quelques années. Elle s’est attachée à tes gestes maladroits, à ton sourire rayonnant, à tes mots à la dérobée. Elle s’est attachée à ton cœur à la dérive, comme on s’attache à la beauté fragile. Tu l’appelais mon ange aux yeux verts, elle aurait voulu te donner un de ces petits noms sucrés comme on se donne des baisers dans le... [Lire la suite]
14 octobre 2008

MAYVA

Je ne t'ai jamais parlé d'elle. Je ne t'ai jamais parlé de ce quartier. C'est le quartier qui l'a regardée pousser. Gamine, elle aimait bien ces arbres et ce petit parc derrière, coincé entre le pont et l'autoroute. Là, elle respirait, elle courrait à perdre haleine, elle s’écorchait les genoux et elle grandissait à l’abri des blessures de l'enfance. De temps en temps, elle escaladait la pente dans le parc et elle regardait les voitures passer accoudée sur la glissière de sécurité. C’était bon de se... [Lire la suite]
05 octobre 2008

MON COEUR

Je lui ai parlé de toi hier... C’est la première fois. Je lui ai dit que tu guidais ma vie comme un despote dirige son pays. Tu as fais de moi ce que bon te semblait, tour à tour je suis l'ange ou le démon. Tu fais briller mes yeux ou couler mes larmes, tu me fais pousser des ailes autant que tu me donnes le goût du ciel. Tu me dis que les couleurs de l’arc en ciel sont bien plus belles que tous les bleus que j’ai enlacés. Je ne sais plus... Je te voudrais tendre et chaleureux, tu es dur et froid comme... [Lire la suite]
15 septembre 2008

L'INSTANT D'APRES

Je sais, je t’ai déçu... Mais finalement, ça ne change pas. Déjà gamin, c’était comme ça. Pas les bonnes manières, pas les bonnes notes. Une silhouette chétive, trop fragile, et puis des mains si fines, presque féminines. Tu rêvais pour moi d’une vie normale, un boulot respectable, une petite femme, gentille et aimante. Et puis des rires de mioches dans ton jardin le dimanche. C’est comme ça, celui qui donne la vie a des exigences pour cette vie, des rêves à réaliser, des plans de carrière à atteindre... ... [Lire la suite]

18 août 2008

UN MOT DE TOI

C’est comme ça entre nous depuis le premier jour. On ne se quitte pas, tu m’emmènes toujours avec toi, je ne m’endors jamais sans une pensée pour toi. Que tu t’éloignes un peu, que je regarde ailleurs, rien ne nous sépare. Et quand le manque se fait sentir, tu m’envois quelques mots du bout des lèvres et tu me regardes fondre comme la glace sous le soleil brûlant d’une ile lointaine. Parce que tu le sais, un mot de toi et je m’évapore... ... [Lire la suite]
05 juin 2008

MES AMIES, MES AMOURS

Tu vois l’amitié, c’est un peu comme l’amour, le cul en moins bien sûr. Je sais, c’est naze comme tableau, mais que veux-tu Public, il n’y a que toi qui penses que j’ai des talents d’écriture... Je te disais donc (et ne m’interromps pas, sinon j’oublie le fil de mes pensées !) l’amitié, l'amitié c’est fragile comme la naissance du jour, si tu n’en prends pas soin, elle disparaît sans un mot et je t’assure que ça te fait voler le cœur en éclat... Mes amitiés ont toujours été singulières, elles ont parfois... [Lire la suite]
31 mai 2008

CONTEMPLATION

Tu m’as dit que c’était bon de se manquer... Comme avant, au début, quand on se voyait de temps en temps, que les villes nous séparaient. Que c’est doux le manque, ça vous prend les tripes du matin au soir, ça vous met des étoiles dans les yeux et la tête dans les nuages. Ça vous fait battre le cœur trop fort quand on se retrouve enfin. Tu m’as dit que c’était bon de se manquer... Moi le manque me fait un mal de chien, comme une blessure d’enfance qui ne cicatrisera jamais. Il y a trop de personnes que... [Lire la suite]
19 mars 2008

F5

Qu’est-ce qu’il te reste puisque plus rien ne vous étreint ? Puisque c’est fini, elle te l’a dit... Il te reste tous ces moments, avant, son sourire, vos discussions, elle à tes côtés et déjà ce pincement au cœur. Il te reste son regard brun, si troublant. Il te reste un parfum, son parfum sur tes mains. Il te reste son souffle court, sa peau douce sous tes caresses, ses baisers sur ta bouche. Il te reste cette première fois, chez toi. Il te... [Lire la suite]